Le 21 août
Jujuy - Salta

« Découverte de l'Argentine: il y a des grandes surfaces comme en France, avec un grand choix de produits, des caisses électroniques, des gens avec des portables, des voitures de dernières générations (dont beaucoup de Renault et de Peugeot!). Bref un choc de premier ordre, nous voilà dans un pays civilisé!!! »

« La ville de Salta ressemble à une ville Européenne avec ses rues piétonnes, ses magasins, sa place et ses cafés à la mode. »

Le 22 et 23 août
Repos dans Salta

Le 24 août
Salta - La Viña

« Départ vers Cafayate. Il fait extrêmement chaud (41 degré), nos T-shirt portent les marques de sel de notre transpiration. »

Le 25 août
La Viña - vers El Calafate

« Nous entamons les Quebradas de Cafayate. Ce sont des gorges où la terre est rouge et se sculpte naturellement en formes originales. Par moment on a l'impression de se retrouver au Far West. »

« Les gorges, plus étroites, se creusent d' "amphithéâtres ", se découpent en piliers, se strient de couleurs vertes, ocres, rouges, oranges, jaunes, roses... le spectacle est magnifique! »

Le 26 août
La Viña - Cafayate - Colalao del Valle

« Aux alentours de Cafayate, nous traversons beaucoup de champs de vigne: la région est réputée pour son vin.»

« A notre passage, les gens interpellés, n'hésitent pas à nous encourager et à nous parler. Sur la place du village, nous nous faisons même aborder par la télévision locale pour un mini reportage. Cyril prend plaisir à faire découvrir notre projet. Cela met un peu d'animation dans le coin. »

« Cyril fait réparer gratuitement la fixation de son porte-bagages qui vient de casser. En fait, c'est la structure même du vélo qui a cédée! »

Le 27 août
Colalao del Valle - vers Tafi del Valle

« En tout début de matinée, aux heures encore fraîches ou règne le silence habituel de la nature, nous avons la chance de pouvoir observer les différents animaux qui l'habitent. Ici, les plus étonnants sont les perroquets. Ils sont verts, volent généralement par paire et ne se laissent pas facilement approcher. Cyril a pourtant tout tenter, jusqu'aux méthodes de Sioux! Mais ces perroquets là, auxquels on n'a pas eu l'occasion d'apprendre " bonjour Jacot ", sont extrêmement vigilants et s'envolent avant que Cyril ne juge correct de les prendre avec son 300mm. C'est bien dommage! »

« Sur la route, une variété impressionnante d'oiseaux distrait notre regard: des jaunes, des noir à gorge rouge, des gris et blanc à hupette rouge, des tout noir à bec orange, etc... C'est grisant. A chaque découverte d'un nouvel animal, je suis aussi contente qu'un enfant à qui l'on offre un cadeau, j'ai le sentiment de partager un secret avec dame nature... »

Le 28 août
Tafi del Valle - Monteros

« Nous entamons une descente de 70 km. Les paysages passent de la pampa à la montagne de sapins, puis aux feuillus et à la forêt humide presque tropicale. Une fois dans la vallée, nous découvrons de grandes exploitations de cannes à sucre. »

Le 29 août
Monteros - vers Tacamarca

« Nous partons à l'assaut de cette grande plaine d'Argentine qui s'étend jusqu'à l'océan Atlantique, mais en prenant soin de longer le pied des montagnes, pour le cas où l'on aurait une petite envie d'y remonter! »

« Le paysage est une succession de champs de cannes à sucre, de forêts piquées d'arbres roses, d'arbres à coton (qui me semblent être du kapok), de parcelles d'herbe vert foncé (qui doivent être de jeunes pousses de céréales) et d'orangers qui dégagent une délicieuse odeur à leurs abords. Au milieu de tout cette nature nous filons bon train sur une route toute droite, toute plate... »

Le 30 août
Monteros - vers Tacamarca

« Jusqu'à présent, en Argentine, au niveau spécialités culinaires, nous avons pu goûter de bons biftecks fondants, partager des grillades gargantuesques, tester les empanadas de viande (chaussons fourrés), et apprécier les " milanesa ". La " milanesa " est une fine tranche de viande panée et recouverte à volonté, d'un oeuf ou de fromage et de jambon, le tout étant accompagné de frites. C'est un plat typique très calorique, très bon et pas cher: exactement ce qu'il nous faut ! »

 

Le 31 août
Monteros - Catamarca - vers La Rioja

« Nous quittons Catamarca vers La Rioja après avoir jeté un oeil dans la cathédrale. Celle-ci à la particularité de posséder des dômes un peu comme les mosquées, ou comme la basilique Ste Catherine à Istanbul. »

 

Le 01 septembre
Catamarca - vers La Rioja

« 80km de zone désertique. On a l'impression que les kilomètres sont à rallonge, pourtant on n'arrête pas de mouliner, mouliner... »

 

Les 02 et 03 septembre
La Rioja - Patquia - San Ramon

« désert, désert, désert... »

 

Le 04 septembre
San Ramon - Chepes

« Malgré l'avarie mécanique de Patricia, nous sommes finalement arrivés à Chepes, petit village sans grand intérêt si ce n'est pour les douches que nous allons pouvoir y prendre... Il était temps !
Côté mécanique, le filetage de la pédale du vélo de Patricia a complètement détruit le taraudage de la manivelle. »

 

Le 05 septembre
Chepes - Mascasin - vers San Juan

« Nous croisons pour la première fois un cyclo français (de Paris!). Il s'appelle Laurent et s'est donné 3 années pour parcourir les Amériques. Il a l'air très sympa et a quelques points communs avec moi : il s'est laissé pousser la barbe (Cyril a préféré le bouc car en Argentine c'est à la mode), aime les Argentins, peu le Péruviens et vient de s'acheter une guitare pour tenter d'apprendre à jouer durant son périple. Les échanges fusent, nous resterons vraisemblablement en contact. »

« Les rafales de vent atteignent bien les 60km/h et notre vitesse n'a malheureusement plus rien à voir avec les jours précédents. Nouvelle avarie pour Patricia, elle vient de crever. Nous sommes en plein milieu des Salinas de Mascasin (mini salar). Les locaux nous avaient conseillé d'attendre demain pour les traverser et surtout de ne pas y dormir... nous voila bien! Au milieu des dunes de sable tendre nous tentons de trouver un lieu de bivouac un peu à l'abri du vent. La tente sera, cette nuit, fixée avec des piquets en bois taillés dans les rares arbustes trouvés . »

 

Le 06 septembre
Bermejo - vers San Juan

« On peut voir au loin la chaîne montagneuse qui précède San Juan. Au petit matin c'est splendide car les montagnes fripées ont un relief saisissant. Les zones d'ombre et les flancs rougis par le soleil s'entrelacent dans une danse des contrastes. Cette gigantesque fresque culminant à plus de 2600m au-dessus de nos têtes semble projetée sur l'écran géant qu'est la voûte céleste. »

 

Le 07 septembre
Valleccito - San Juan - vers Mendoza

« Aujourd'hui est un grand jour pour plusieurs personnes que nous connaissons. Tout d'abord c'est le mariage d'Emilie ma cousine. Une cabine téléphonique rencontrée à Vallecito (en plein désert) nous donnera l'occasion de joindre Sophie sur son portable: elle en plein vin d'honneur et nous en plein milieu d'un désert Argentin. Elle sera notre messagère auprès des mariés. Nous sommes loin, mais avec eux par la pensée. Deuxièmement, c'est aujourd'hui que Matthieu Ballu et 3 de ses amis commencent leur tour du monde en vélo de 2 ans. Cela nous rappelle le stress d'avant départ et la libération dès les premiers coups de pédales.
Bon courage à eux. »

 

Le 8 septembre
Mendoza

« Lever aux aurores pour nous donner le maximum de chance d'atteindre MENDOZA.
Le vent ne nous facilite pas la tâche mais Cyril, plein de hargne, ne se laisse pas faire et se bat jusqu'à la victoire. Sur les derniers kilomètres, un craquement régulier au niveau de son axe de pédalier nous laisse envisager le pire. Cyril n'a pas envie de traiter la panne sur le moment, il s'entête et pédale de plus en plus vite ("Eh, attends moi, j'arrive même plus à te suivre..."). O bonheur, nous entrons dans la ville en milieu d'après-midi. »

 

Du 9 au 14 septembre
Mendoza

« Nous profitons du confort de la ville de MENDOZA: ciné, restau, dégustation de gourmandises locales (chocolat et pâtisseries!), lèche-vitrines dans les rues piétonnes...Le contraste est détonnant après les 14 derniers jours de vélo pur. Cyril répare son axe de pédalier, c'est un des roulements à billes qui a explosé à l'intérieur du boîtier. Cette panne est surprenante, Cyril serait-il trop puissant??? »

 

Les 15 et 16 septembre
Mendoza – Los Penitentes (en bus)

« Nous prenons le bus pour nous rendre dans la station de ski "Los Penitentes", presque au pied de l'Aconcagua. Il y a à peine 2 télésièges et 3 tire-fesses, mais les pistes valent le coup. Laurent et Carine (des globe-trotter a pied, ou plutôt en bus!) nous y rejoignent. Il règne une bonne ambiance de vacances, et nous passons nos soirées à refaire le monde dans un refuge chaleureux. Le lendemain, nous rencontrerons 4 Suisses, professionnels de la glisse, en plein reportage sur la station. Un article devrait sortir vers le mois de février. »

Le 17 septembre
Los Penitentes – Santiago du Chili

« Passage de la frontière Argentino-Chilienne...en bus. Il a fallu faire un choix, la Patagonie est encore à plus de 3500km et nous n'avons pas le temps de tout faire à vélo. Nous loupons malheureusement la fameuse descente en lacets de "Los Caracoles" sur le versant chilien... De toutes façons, la météo n'est pas fabuleuse... »